Sena 20S Evo : Test complet

En Juillet 2017, Sena sortait la mise à jour d’un de ces best sellers : le 20S. Sobrement baptisé « EVO », cette mise à jour justifie t’elle de changer d’intercom pour les possesseurs de l’ancien modèle ? C’est ce que nous allons voir maintenant !

Caractéristiques

Pour ceux qui ne connaissent pas le 20S, le EVO reprend des caractéristiques techniques identiques. Nous n’allons pas rentrer profondément dans les détails mais plutôt les résumer brièvement :

  • Très bonne autonomie de plus de 10h
  • Fourni avec tige rigide ou souple.
  • L’intercom se détache de son embase pour le rechargement
  • Radio FM
  • Application mobile
  • Conversation jusqu’a 8 intercoms
  • Bluetooth multicanal

Réelle évolution ou modestes changements ?

Commençons par le design de l’intercom. Il semble identique à la génération précédente, excepté pour le petit aileron de requin qui est apparu sur le bord arrière supérieur. L’aileron a remplacé l’antenne rabattable qui était utilisée lors de la communication de moto à moto. Sena affirme que l’aileron de l’EVO se combine avec une électronique améliorée pour offrir une meilleure portée que l’ancienne configuration.

Comparaison entre le Sena 20s et le 20s evo

Un autre changement concerne la forme de l’intercom. Désormais, la prise en caoutchouc pour le port de chargement micro-USB s’ouvre vers le bas. Du coup, la pluie qui coule à l’arrière de l’intercom est moins susceptible d’entrer dans le port. Malin !

Finalement, j’ai remarqué l’apparition d’un nouveau mécanisme de verrouillage par rotation pour la prise du microphone. Le reste du kit Sena 20S EVO est identique.

Installation

Le 20S EVO fonctionne avec l’ancienne base. Cependant, j’ai aussi utilisé le nouveau support de montage. Classique, ce dernier se glisse entre la coque du casque et les mousses. Les haut-parleurs s’adaptent parfaitement aux logements prévus dans le casque.

La prise en caoutchouc tournée vers le bas pour éviter la pluie

Petit détail ergonomique : la prise en caoutchouc tournée vers le bas limite les infiltrations d’eau.

Appairer l’EVO à mon téléphone a été d’une simplicité enfantine : Maintenir un bouton enfoncé pendant six secondes. Enclencher la détection du bluetooth sur le téléphone, puis les appareils se connectent. J’ai noté que le 20S EVO était plus rapide à se reconnecter au bluetooth que l’ancien modèle. Ça n’est pas grand chose, mais on aime toujours quand ça va un peu plus vite.

Performances

Sena affirme que le microphone avec réduction du bruit est inchangé. Cependant, de nombreux utilisateurs trouvent du mieux de ce coté la. L’EVO maintient un bon niveau de réduction du bruit indépendamment de la vitesse à laquelle on voyage. Cette technologie est utilisée depuis longtemps maintenant chez Sena, et elle est parfaitement maîtrisée.

En testant la communication, de pilote à pilote, je dirais que la portée a été augmentée d’environ 10 à 15%. Sur route ouverte, la portée est suffisante. Toutefois, on n’arrive pas à atteindre les plus de deux kilomètres promis par Sena. Sur route de montagne sinueuse, la portée baisse significativement comme sur la plupart des intercoms utilisant les technologies Bluetooth. Comme je n’avais que deux 20S EVO, je n’ai pas pu tester les intercoms avec avec un grand groupe de motards disposant du même matériel.

Les problèmes de communication que certains motards ont relevé proviennent de groupes utilisant une multitude d’intercoms de marques différentes. Les technologies DMC (Cardo) et Mesh (Sena) permettent de résoudre tous ces soucis de portée mais nécessitent des intercoms plus haut de gamme.

Le volume adaptatif pas toujours au point

Dans mon utilisation quotidienne d’un intercom, je suis souvent en solo à écouter les instructions du téléphone ou du GPS. À cet égard, il y a un changement indésirable que j’ai remarqué avec le Sena 20S EVO. Bien que les haut-parleurs soient parfaits pour la ville et que le volume délivré couvre le bruit du vent quand on voyage sur autoroute, je trouve désagréable la manière dont est géré le système de volume automatique (un peu trop violent !). Je pourrais donc conseiller aux personnes qui ont un casque bruyant et qui vont faire de l’autoroute de s’équiper de boules quies pour éviter ce désagrément. Les boules quies diminuent le volume sonore global dans le casque et permettent quand même une écoute clair des instructions délivrées par les haut parleurs.

Le 20s EVO monté sur un casque blanc

Le design est sobre et sympa

Continuons avec les points négatifs : Le 20S Evo propose une technologie dite  de controle du volume ambiant. Elle active un microphone externe sur l’intercom et amplifie les sons à travers les haut-parleurs du casque, facilitant ainsi les conversations à l’arrêt. Sur l’EVO, je dois augmenter le volume beaucoup plus fort pour pouvoir continuer une conversation de manière limpide. Ça n’est pas grand chose, mais cela mériterai d’être amélioré.

CONCLUSION : ON CHANGE OU ON CHANGE PAS ?

Avec le 20S EVO, Sena a réalisé une mise à jour plutôt sympa de son ancien intercom haut de gamme. Si vous êtes propriétaire d’un 20S, je ne pense pas que les modifications apportées soient suffisantes pour justifier un achat.

Il est possible de trouver le 20S EVO sur Amazon et Motoblouz pour un tarif d’un peu plus de 260€.

SENA 20S EVO
  • Ergonomie
  • Installation
  • Performance
  • Autonomie
3.8

Résumé

Le SENA 20S Evo est une bonne petite évolution du 20S. Si vous êtes possesseur de l’ancien modèle, pas besoin d’en changer. Si vous voulez un intercom complet et plutôt haut de gamme, le 20S EVO est une valeur sure.
Les motards nécessitant un besoin accru de conversation à plusieurs, ou d’une portée vraiment conséquente se tourneront vers les Sena 30K ou le Cardo Scala Rider Packtalk, forcement plus chers.

Sena 20S Evo : Test complet
Notez cet article